Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0060
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 43 )

Planche dixième. — Le Printemps j Tableau par
M- Girodet.

Le sujet des Saisons , si bien sait pour inspirer les
poètes et les artistes, a été traité d’une manière neuve
par M. Girodet. Charpie Saison est représentée par
une figure allégorique dans le genre d’effet simple
des peintures anticpies d’Herculanum. Cette suite,
sormée de quatre tableaux, a été peinte en l’an xo
pour S. M. le roi d’Espagne. On en verra ici le trait
gravé, avec d’autant plus de plaisir que ces tableaux
n’ont point été exposés, et ne sont pas connus du pu-
blic. M. Noël, dans une édition nouvelle de son Dic-
tionnaire mythologique, en a donné une description
très-élégante, dont nous rappelons ici les pi'incipaux
traits.

« L’ame de la nature , l’aimable déesse du printemps
balancée sur l’aile des zéphyrs, descend du haut des
deux épurés par son haleine. Une gaze verdoyante
badine autour de son beau corps , et en carresse amou-
reusement les contours arrondis. Une de ses mains
voltige sur la lyre de Cupidon, l’autre armée d’une
de ses slèches en effleure légèrement les. cordes. Aux
doux accords de l’harmonie ci'éatrice, deux âmes, l’une
par l’autre attii’ées, se rapprochent et s’unissent.

« A l’ombre des plis de la robe flottante de la
déesse , deux blanches tourterelles, émues par les sons
de la lyre , se prodiguent de doux baisei’s. La fille
de Vénus incline sa belle tête , où mille fleurs
variées s’épanouissent et se renouvellent sans cesse -,
elles lui tiennent lieu de tresses ondoyantes ; elles sor-
ment seules son brillant diadème et sa coiffure.
loading ...