Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 46
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0065
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 46 )

Planche treizième. — L’Hiver ; Tableau, par M. Girodet.

« L’Hiver paraît le dernier , et vient fermer le cercle
« de l’année ; il renverse à ses pieds le flambeau d’où
« émane la chaleur créatrice, et en comprime les feux
« sans les éteindre. De l’urne de bronze qu’il tient
« sous ses bras, il laisse échapper les trésors de la
« gelée, et presse du pied les flocons amoncelés de la
« neige éclatante. Bientôt ils se divisent, se répan-
« dent en tournoyant sur la terre affligée, et l’enve-
« loppent d’un immense vêtement de deuil. Des oi-
« seaux aquatiques fendent d’un vol rapide l’atmo-
« sphère glaciale. Le tyran de l’année est vêtu d’un
« manteau où s’imprime la morne couleur dont il
« flétrit la végétation. Ce manteau lui sert d’orne-
« ment et lui ceint à peine les épaules. Ses bras
« robustes, ses cuisses et ses jambes nerveuses et à
« découvert, décèlent sa force indomptable. Ses che-
« veux, sa barbe et ses sourcils, semblables aux pics
« des éternelles glaces des Alpes ou des Pyrénées,
« hérissent son aspect farouche. Les brouillards et
« les noirs orages s’engendrent de sa tête menaçante;
« ils siègent sur son front tristement baissé vers la
« terre, qu’il glace de ses sombres regards.•>

M. Girodet serait une chose agréable aux amateurs,
en reproduisant ces quatre tableaux , perdus pour la
France , mais dont il a conservé les esquisses peintes
et les études. Ils sont pleins d’imagination et de poésie,
précieux pour la grâce et la correction du dessin , la
fermeté du coloris, et la finesse de l’exécution. Ils
sont de proportion demi-nature. <
loading ...