Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 52
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0076
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 52 )

Planche vingtième. — La Justice et la Vengeance divine

poursuivant le Crime; Tableau, par M. Prud’hon.

Ce tableau, destiné à orner le tribunal criminel
du département de la Seine, est d’une originalité de
style , de coloris et d’effet qui le place au rang des
tableaux les plus marquans de notre école. C’est le
fruit d’un génie pittoresque, dont l’élan s’est soutenu
depuis le premier jet de la pensée jusqu’au dernier
coup de pinceau.

Un assassinat vient d’être commis dans l’ombre de
la nuit; mais le meurtrier ne peut échapper à la
vengeance divine , au remords qui le saisit et l’éclaire
de son terrible ssambeau ; la Justice, qui le poursuit,
lève son glaive sur la tête du coupable; elle est prête à
frapper.

Cette peinture, aussi noble qu’elle est ingénieuse
et expressive , n’est pas le coup d’essai de l’artiste
dans le style allégorique, si,difficile à bien traiter,
et que souvent on accuse de froideur. M. Prud’hon a
su animer son sujet par une action vive, et par l’éner-
gie du sentiment.

Il faut voir le tableau pour se former une juste
idée—de la beauté des caractères , de la fierté et de
la vigueur du coloris, et sur-tout de cet effet ma-
gique, de cette grâce de pinceau, qui rappellent le
clair-obscur et la touche moëlleuse du Corrège.

/
loading ...