Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 53 )

Planche vingt-unième. —— Herminie devenue bergère ,

écrit le nom de Tancrède sur les arbres. Tableau par

M- Taillasson.

Le septième chant de la Jérusalem délivrée a sourni
à l’artiste le sujet de cette demi sigure , où l’on trouve
beaucoup de naturel et d’expression.

« Herminie, la fille des rois, résugiée dans une
« chaumière , a mis des vêtemens rustiques , un voile
<> grossier couvre ses cheveux , mais son regard ,. son
« maintien, tout dit qu’elle n’est point un habitante
« des bocages.

« Ces vils habits n’éclipsent point sou éclat , sa
« fierté, sa noblese ; la majesté brille encore sur son
« front, au milieu des plus humbles emplois : la hou-
« lette à la main , elle conduit les troupeaux et les
« ramène. Sa main exprime le suc de leurs mamelles ,

« et presse le laitage.

« Souvent, pendant que ses brebis , couchées à
« l’ombre, évitent l’ardeur du soleil, elle grave des-
» chiffres amoureux sur l’écorce des lauriers et des
« hêtres ; elle y retrace l’histoire et les malheurs de
« sa flamme : en relisant les traits que sa main à for-
«i més , un torrent de larmes inonde ses joues.

Ce tableau , et son pendant, dont la planche sui-
vante offre le trait, appartiennent au prince de Neu-
châtel. Ils n’ont pas été exposés au Salon.
loading ...