Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 54
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0080
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( H )

Planche vinsf-deuxième. — Sylvie, nymphe de Diane ,
surprise par un Satyre ; Tableau, par M. Taillasson.

Le peintre a tiré son sujet de YAmynte, poëme
pastoral du Tasse. Un Satyre , instruit que Sylvie vient
chaque jour se baigner dans une fontaine obscure et so-
litaire, se cache dans un buisson, l’attend, et saisit le
moment de la surprendre. C’est l’instant choisi par
l’artiste pour la composition de son tableau. La scène
suivante , extraite du même poëme , lui sournirait un
nouveau sujet , et d’un intérêt plus piquant.

Le berger Amynte , amant passionné de Sylvie ,
qui ne le paie d’aucun retour , est conduit près de
la sontaine par un autre berger. Des cris douloureux
frappent son oreille; il accourt, et voit la nymphe
nue, attachée au tronc d’un chêne épais. Sa propre
ceinture tient ses deux mains captives. Ses cheveux
épars sont enlacés dans les rameaux. De tortueux et
flexibles rejetons , nés du sein des racines , empri-
sonnent ses jambes délicates ; l’odieux Satyre achève
d’enchaîner cette jeune fille sans défense ; Amynte
parait : armé d’un dard, il s’élance comme un lion
sur le barbare, et le sorce à prendre la fuite.

Amynte s’approche d’un air respectueux de celle
qu’il adore, et qu’il a sauvée du dernier outrage; il
rompt ses liens et tombe à ses genoux. Quelle sera
sa récompense? L’ingrate et hère Sylvie, au lieu de
rendre grâces à son libérateur, jette sur lui un re-
gard confus et dédaigneux; et sans proférer une seule
parole , elle fuit avec la légèreté de la biche.
loading ...