Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 66
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0102
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 66 )

Planche trente-deuxième. — Supercherie de Vénus ;

Tableau par M. Ménageot.

Vénus avait dérobé à Diane le petit Adonis, que
cette déesse faisait élever parmi ses nymphes. Un jour
qu’elle revenait de la chasse , elle rencontra Vénus au
coin d’un bois, et alla lui demander cet enfant. Vénus
l’apercevant de loin , et ne voulant pas le lui rendre ,
imagina de lui faire croître des ailes, de lui donner
en tout la ressemblance de l’Amour, et lui présentant
ensemble ces deux ensans , elle dit à Diane de choisir :
la déesse, effrayée, dans la crainte de prendre l’Amour,
lui laissa le petit Adonis.

Ce tableau, d’une composition aimable et riante, est
de la main d’un artiste depuis long-temps connu par
ses talens et par les services qu’il a rendus lorsqu’il
était directeur de l’Académie de France à Rome. Ses
fonctions, qui ne sont que temporaires, étant terminées,
M. Ménageot emporta les regrets de tous les élèves
réunis dans cet établissement, qu’il avait dirigé avec
autant de zèle que d’aménité.

Les figures de ce tableau sont de grandeur natu-
relle j il était exposé au dernier Salon.
loading ...