Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 77
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0117
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 77 )

Planàhe trente-septième , trente - huitième et trente-
neuvième. — Champ de bataille d’Eylau; Tableau,
par M. Gros.

«Le lendemain de la bataille d’Eylau , l’empereur
visitant le champ de bataille, est pénétré d’horreur
à la vue de ce spectacle. S. M. fait donner des se-
cours aux Russes blessés. Touché de l’humanité de
ce grand monarque , un jeune chasseur lithuanien
lui en témoigne sa reconnaissance avec l’accent de
l’enthousiasme. Dans le lointain, on voit les troupes
srançaises qui bivouaquent sur le champ de bataille ,
nu moment où S. M. va en passer la revue »

Ce sujet fut donné au concours en 1807. L’esquisse
de M- Gros obtint, au jugement de l’Institut, l’exé-
cution du tableau. C’est cette même composition que
l’auteur a reproduite dans un cadre d’environ 25
pieds de longueur sur 18 de hauteur.

L’empereur , monté sur un cheval isabelle , est
accompagné du prince Murat, du maréchal Bessières ,
et de plusieurs autres généraux et officiers supérieurs.
Les chirurgiens de l’armée administrent aux blessés
les secours de l’art, et leur sont distribuer des vivres.

Le fond de la scène offre l’aspect d’un hiver rigou-
reux. La neige couvre la terre, et dérobe la vue des
cadavres jetés en désordre sur les devans du tableau.
Le champ de bataille s’étend sort au loin. On le
reconnaît au sang qui rougit le sol, et dont les traces
continues marquent encore la position des troupes
qui ont combattu la veille.

Le principal groupe, grandement conçu , présente
loading ...