Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 80
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0120
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 8o )

Planche quarantième. — Charles-Quint et le Titien ;

Tableau, par M. Bergeret.

Le Titien étant occupé â faire le portrait de Charles-
Quint ( c’était pour la troisième fois qu’il peignait ce
monarque1), laissa tomber un de ses pinceaux; l’em-
pereur daigna le ramasser et le lui rendre. Comme
le peintre se confondait en excuses , Chàrles-Q uint
lui répondit avec bonté, et sans croire déroger à sa
grandeur, que le Titien méritait d’être servi par
César. Si ce trait , répété par plusieurs écrivains,
n’est pas authentique, il a du moins fourni le sujet
d’un tableau fort agréable.

M. Bergeret paraît s’adonner exclusivement aux su-
jets tirés d’anecdotes du 16e siècle (i); le costume de
ce temps lui présente des formes pittoresques et ga-
lantes, de riches étoffes, des broderies, des plumes,
des coiffures du goût le plus piquant. Ces scènes,
du style samilier, admettent l’éclat des plus brillans
accessoires , et l’artiste sait les ennoblir en prenant
ses personnages dans un rang élevé.

Le tableau dont nous donnons ici l’esquisse s’est
sait remarquer par l’agrément de la composition , les
teintes vives et brillantes des draperies, et la vigueur
de l’effet; on désirerait un peu plus de transparence
dans les ombres des carnations et de légèreté dans les
demi-teintes. Les mains paraissent un peu fortes,
et ne sont peut-être pas assez étudiées.

L’artiste a exposé au Salon un autre tableau du
même genre; il fera partie du volume suivant.

1 (i) M. Bergeret exposa avec beaucoup desuccës, au dernier
Salon, un tableau représentant la Mort de Raphaël.
loading ...