Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0126
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( S3 )

Planche quarante-deuxième. — Henri IV chez Michaud;

Tableau, par M. Menjaud.

« Henri IV, égaré la nuit dans la forêt de Fon-
tainebleau , est arrêté comme braconnier, par Mi-
chaud , meunier de Lieursaint. Henri cache les marques
de son rang, se sait passer pour un des derniers offi-
ciers de la maison du roi, et demande l’hospitalité.
Arrivé chez le meunier , il se met à table avec la
famille de ce bon villageois. A la fin du repas, Mi-
chaud boit à la santé du roi et chante en son hon-
neur une chanson dont les convives répètent le refrain.
Henri, vivement ému , se détourne pour ne pas se tra-
hir et pour cacher les larmes d’attendrissement prêtes
à couler de ses jeux. »

Ce tableau de chevalet est un des plus agréables
du Salon et l’un de ceux qui ont attiré constamment
le public. Une gaieté sranche anime tous les traits du
bon Michaud. Il chante , et c’est du fond du cœur
que part le cri de Vive Henri IV. Le même sen-
timent anime les autres convives , mais il n’est
pas aussi énergique. Les modèles ont-ils manqué à
l’artiste ou l’ont-ils mal secondé ? L’expression d’une
gaieté vive est du nombre de celles que l’on ne peut
rendre que d'après nature 5 mais ses mouvemens sont
rapides et fugitiss : il n’est qu’un instant pour les saisir,}

Les figures de ce tableau ont environ 20 pouces de
proportion , celle de Michaud paraît un peu sorte re-
lativement aux autres, personnages. On désirerait sur-
tout que celle de Henri IV eût un peu plus d’ampleur,
de développement et de ressort.

Une qualité bien rare a fait distinguer cet ouvrage.
La vérité, la chaleur et la transparence du coloris..
loading ...