Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 85
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0129
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 85 )

Planche quarante-troisième. — Atala ; Tableau, par
M. Lordon.

On avait vu à l’une des Expositions précédentes,
le Convoi d'Atala (i) : le même personnage a fourni
cette année le programme de deux tableaux , dont
l’un, à la vérité, est infiniment supérieur à l’autre,
sous le rapport de l’exécution, mais dont les sujets,
quoique différens, sontégalementpathétiques et dignes
d’exciter le plus vif intérêt.

Le premier des deux , Atala au tombeau, par M. Gi-
rodet, sera inséré dans le volume prochain; le second,
représentant la Communion d'Atala , fait le sujet
de cet article : c’est le coup d’essai de M. Lordon.
Ce début d’un jeune peintre est d’un heureux augure ;
et c’est déjà pour lui un très-grand succès d’avoir su
attirer les regards du public, lorsque l’admiration des
connaisseurs est fixée sur le nouveau chef-d’œuvre de
M. Girodet.

La Communion d’Atala est une des scènes les plus
touchantes du roman de M. de Château-Briant; il suffit
d’en rappeler le trait pour faire sentir la composition
du tableau.

« Le P. Aubri prit entre ses deux doigts une hostie,
« et s’approcha d’Atala en prononçant des mots mys-
« térieux. Cette vierge avait les yeux levés au ciel,
« en extase. Toutes ses douleurs parurent suspendues ,
« toute sa vie se rassembla sur sa bouche; ses lèvres
« s’entr’ouvrirent et vinrent avec respect chercher
« le dieu caché sous le pain mystique. « La scène
se passe dans la grotte du P. Aubri. La lumière est
un effet de lune

L’artiste , pénétré de son sujet, l’a disposé avec
beaucoup de simplicité et de naturel; ses expressions
sont vraies sans être néanmoins très - énergiques.
L’effet général est bien entendu de clair-obscur et de
ton local : ce tableau ne laisse à desirer qu’un peu
plus de correction et de sinesse dans le dessin, plus
de fermeté dans le pinceau.

(i) Tableau par M. Gautlierot. On en a inséré la gravure dans
le tome 3e des Annales du Musée, page 109.
loading ...