Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 93
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0143
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 95 )

Planche cinquante - deuxième. — Orphée aux ensers.

Tableau, par M. Le Boullenger de Bois-Fremont.

Ce sujet est le même que celui du tableau pré-
cédent, et les cadres sont à-peu-près de la même
dimension; mais comme les figures de celui-ci sont
plus grandes et moins nombreuses, on a pu en in-
sérer le trait dans une planche simple.

La disposition du tableau deM. Le Boullenger, quoi-
qu’un peu symmétrique , se présente d’une manière
pittoresque : les figures sont dessinées et drapées dans
un bon style , et 11e manquent pas d’expression.

Madame Mongez, dont le tableau sait le sujet de
la planche précédente, a éclairé sa scène par une lu-
mière bleuâtre , très - différente de celle que le soleil
répand sur la terre. M. Le Boullenger a, en quel-
que sorte , entouré de flammes le trône de Pluton ;
les reflets briilans dont il a fait usage donnent à l’effet
général beaucoup d’éclat et d’harmonie. Les opinions
sont partagées sur le disférent parti de lumière qu’a
pris l’auteur de chacun des deux tableaux. Nous les
croyons également fondés l’un et l’autre; le point
essentiel est le succès de l’exécution.

Madame Mongez a introduit dans sa composition
l’Amour conduisant la main d’Orphée, et lui inspi-
rant des acccords mélodieux. Cet épisode , qui serait
peut-être placé convenablement dans un poëme , paraît
un peu froid dans un tableau. Orphée, seul, livré au
désespoir, suppliant, incertain de son sort, nous inté-
resse beaucoup plus qu’Orphée protégé par un dieu
toujours assuré de vaincre.

M. Le Boullenger a reçu une médaille de la part de
S. M. l’Empereur.
loading ...