Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 96
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0148
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 96 )

Planche cinquante-sixième. — L'Origine de la Peinture}
Tableau , par M. Ducis.

L’origine de la peinture est incertaine comme celle
de tous les autres arts. Il est vraisemblable qu’ils
doivent leur naissance aux mêmes procédés chez tous
les peuples qui les ont cultivés , et qu’on n’est pas
fondé à leur assigner une patrie particulière.

L’art du dessin, antérieur à celui de la peinture,
a dû commencer par la simple configuration de mo-
dèles en argile , et conséquemment par une espèce
de sculpture 3 car pour modeler ou imiter un objet
en relief, il suffit d’en avoir l’idée : il saut pour le
dessiner, pour en produire une imitation sur une
sursace plane, une infinité d’autres connaissances et
d’autres combinaisons.

Les uns attribuent à Philoclès d’Egypte et à Cléan [lie
de Corinthe , les autres à Ardice de cette dernière
ville , et à Téléplianes de Chiareuia au Pélopon-
nèse, l’invention de la peinture ou du dessin 3 mais
on a prétendu que tout leur art se bornait à tracer
une figure en suivant le contour de l’ombre d’un
corps opaque exposé aux rayons du soleil ou à la
lumière d’un ssambeau. Les poètes ont embelli cette
idée , et l’on raconte qu’une jeune fille , nommée
Dibutade, inspirée par l’amour, ayant sixé sur la mu-
raille les contours de l’ombre de son amant , fit
naître, par ce simple essai, l’art des Apelles et des
Zeuxis.

Ce joli tableau, d’un style gracieux, est le pendant de
celui dont nous avons précédemment donné le trait
dans ce même volume , page ,90 , et n'est insérieur
au premier ni pour le goût de la composition , ni
pour le coloris. Le tableau de Dibutade est d’un
effet plus serme et plus piquant. Ces deux sujets
gravés , produiraient deux estampes agréables, aux-
quelles on pourrait donner pour milieu une troisième
composition du même auteur, dont on voit l’esquisse
ci-après, page 107.
loading ...