Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 108
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0171
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( icS )

Planche soixante-dixième. — Archimède : statue qui a
remporté le grand prix de sculpture de l'école spéciale,
en 1807, par M. Caloigne , èlève de M. Chaudet.

On n’ordonnait autresois pour le concours que des
compositions de bas-reliefs. Par un réglement nouveau,
on propose également des figures de ronde-bosse,
d'une dimension moyenne.

On a donné pour sujet du prix en 1807 la statue
d’Archimède. La planche ci-jointe offre le trait de
celle qui a obtenu le premier prix, au jugement de
la classe des beaux-arts de l’institut. La figure est bien
posée, d’un bon caractère de dessin, et drapée avec goût.
Le modèle doit rester, selon l’usage, dans l’une des salles
de l’école , à la vue des élèves 5 mais il est très-rare
que ces sortes de morceaux reçoivent leur exécution
en marbre ou en quelque autre matière solide. Cette
considération est un motif de plus pour conserver
dans notre recueil un ouvrage qui mérite d’être connu,
et n’est pas toujours un des moindres travaux de l’ar-
tiste.

M. Caloigne a obtenu avec l’honneur du prix, l’a-
vantage de résider pendant quatre années à Rome ,
aux frais du gouvernement,

Archimède a enrichi de ses découvertes et rempli
du bruit de sa renommée toutes les parties du monde
civilisé; on connaît la fin déplorable de ce grand homme.
Il avait désiré qu’on gravât sur son tombeau une sphère
inscrite dans un cylindre, en mémoire de la décou-
verte qu’il avait faite sur le rapport de ces deux corps :
et c’est à ce caractère que son tombeau fut découvert
et reconnu par Cicéron, lorsqu’il était questeur en
Italie.
loading ...