Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 7
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0012
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche Première, deuxième et troisième. — S. M. l'Em-
pereur recevant les cless de Vienne; Tableau, par
M. Girodet.

Les officiers-municipaux, le clergé, et les généraux
commandant la place, vont au - devant du vainqueur,
et lui remettent les clefs de leur ville. Du côté de
l’empereur sont les princes Murat et de Neuchâtel,
M. le maréchal Bessières, et plusieurs autres officiers
de divers grades. Toutes les personnes à la suite de
S. M. sont représentées en portrait. On aperçoit en-
core dans le groupe opposé,, et parmi les magistrats,
de simples citoyens, attirés par ce spectacle extra-
ordinaire.

La remise d’une ville telle que Vienne est un grand
événement pour deux nations rivales ; pour l’historien,
le sujet d’un récit important ; mais, il faut en convenir,
comme sujet de peinture, ce trait historique ne pré-
sente pas le même degré d’intérêt à tel artiste dont le
génie, impatient de créer, ne se repaît que d’idées
sortes et d’expressions terribles ou touchantes.

Ce n'est pas qu’un semblable sujet ne puisse moti-
ver le développement des passions et des sentimens
les plus vifs. Plus d’un artiste peut-être se serait
occupé de rendre, ou même eût exagéré, la joie des
vainqueurs, la douleur et l’humiliation des vaincus;
mais sévère observateur des convenances , M. Girodet
a préféré conserver à ses principaux personnages le
calme et la dignité qui distinguent les hommes élevés
par leur rang ou par l’importance de leurs sonctions.
Qn pourrait croire, d’après le naturel de ces diverses
loading ...