Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 18
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0028
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 18 )

plètement que nous l’eussions désiré , du moins nous
espérons que cette simple gravure , dont le trait est
fidèle , suppléera à la brièveté de la description.

Trois personnages seulement composent cette scène
sunèbre : Chactas, dont l’attitude et les traits peignent
l’abandon et le désespoir ; le père Aubri, vieillard
compatissant qu’absorbe une pensée profonde ;
l’infortunée Atala, dont le corps, privé du souffle
de la vie , est encore un modèle de grâce et de

pureté. Atala est encore la vierge des premières

amours.

Joignez à cet élan pittoresque d’un génie ardent,
d’une sensibilité active, cette correction du dessin qui
rappelle les chefs-d’œuvre antiques ; un coloris franc ,
un effet décidé , un pinceau large, précieux et sacile;
vous aurez senti le mérite de ce tableau , qu’aucun
autre de la même exposition ne fera sans doute oublier.

Aussi le Tombeau d’Atala a-t-il obtenu tous les
suffrages; car il ne saut pas compter au nombre des
critiques quelques observations peu importantes, pour
ne pas dire puériles , et qui même, fussent-elles bien
fondées , ne peuvent porter atteinte ni à la beauté de
l’ouvrage, ni à la réputation de l’artiste (i).

(i) La critique a paru se réduire aux observations suivantes
( car en omettant de les soumettre au lecteur ? nous paraîtrions
les approuver ou vouloir les éluder ) : Un rejlcl verdâtre est ré-
pandu sur la figure de Chactas ; mais après un examen sait de
bonne-foi, nous n’avons rien remarqué qui puisse motiver cette
assertion.

Le peintre n aurait pas du cacher les pieds de Chactas et
ceux de l'hermite, ce qui fait paraître ces deux fgures d'une
proportion courte ; mais il fallait peindre l’action : « Nous trans-
« portâmes la beauté dans son lit d’argile ». Peut-être encore
fallait-il laisser briller seule cette Atala , semblable à un lis
renversé par le tranchant de la saux : en esset, cette sigure est
loading ...