Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 21
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0033
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 21 )

Planche douzième. La Mort de Zopire, sujet tiré de
la tragédie de Mahomet; Tableau, par M Trézel.

« Le peintre a représenté le moment où Zopire ,

« prosterné devant l'autel de ses dieux, les supplie de
« veiller sur les jours de Seide, son fils, qu’il sait
k être au pouvoir de Mahomet. Omar, confident de
« Mahomet, a remis un poignard à ce même Seïde ,

« et lui montre un dieu vengeur prêt à le foudroj'-er (
« s’il n’obéît au prophète. »

On voit d’après cette explication , donnée par l’au-
teur lui-même, qu’il a rapproché deux scènes de la
tragédie pour composer celle de son tableau. La scène
du peintre n’est pas consorme à celle du poète, mais
elle rend le sujet plus facile à saisir.

Dans la tragédie , c’est Palmyre et non Omar qui
accompagne Seide au moment où Zopire vient im-
plorer ses dieux. Le peintre a substitué l’un à l’autre
de ces deux personnages. Le moment de l’action s’ex-
plique par les vers suivans :

ZOPIRE.

O dieux de ma patrie ,

Dieux prêts à succomber sous une secte impie!

C’est pour vous-même ici que ma débité voix

Vous implore aujourd’hui pour la dernière fois.

. . . Rendez-moi mes fils à mon heure dernière ;

Que j’expire en leurs bras , qu’ils serment ma paupière.

Hélas ! si j’en croyais mes secrets sentimens ,

Si vos mains en ces lieux ont conduit mes ensans.

.O mes dieux que j’adore !

Je mourrai du plaisir de les revoir encore.

Arbitres des destins , daignez veiller sur eux.

s E ï D E.

Il court à ses faux dieux ! Frappons.

Ce tableau, dont les figures sont de grandeur natu-
relle, annonce un bon goût de composition , une in-
tention dramatique , de la chaleur , du sentiment.
loading ...