Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 26
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 26)

Planche dix-huitième. — Mort d’Astyanax ; Tableau,
par M. de l’Ecluse.

Après la prise de Troie , Astyanax , fils unique
d’Hector et d’Andromaque, donna de l’inquiétude aux
Grecs victorieux. Ca'lchas prédit que s’il vivait, il
serait plus brave que son père -, qu’il vengerait sa mort
et la ruine d’Ilion , dont il relèverait les murs. An-
dromaque cacha son fils j mais Ulysse l’ayant décou-
vert , le fit précipiter du haut des murailles.

L’artiste a représenté l’instant où Andromaque, qui
a suivi son fils jusque sur la fatale muraille, fait tous
ses efforts pour l’arracher des mains du soldat qui va
le précipiter.

Ulysse et Calchas , éloignés du lieu où se passe l’ac-
tion , en attendent l’issue pour se convaincre de la
mort d’Astyanax.

Ce tableau, dont les figures sont de grandeur natu-
relle , annonce un talent imbu de principes solides.
On y trouve du mouvement et de l’expression, du
grandiose dans le dessin et dans les caractères. Peut-
être desirerait-on un peu plus de finesse dans le pin-
ceau , de piquant dans l’esfet ; mais l’artiste paraît avoir
pour but cette manière large qui distingue l’école des
Caraches.
loading ...