Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 36
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0059
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 36 )

Flanche vingt-sixième. — Las Casas soulagé par des
Indiens ; Tableau, par M. Hersent.

Dès l’âge de dix-neuf ans , Barthélémy de Las
Casas avait suivi son père , qui passait dans les Indes
avec Christophe Colomb. Peu de temps après, de re-
tour en Espagne, il pi-it l’état ecclésiastique, et obtint
une cure. Il quitta une seconde fois sa patrie, et se
dévoua au salut et à la liberté des Indiens, livrés à
l’oppression de leurs barbares vainqueurs. Las Casas
s’opposa de tout son pouvoir aux cruautés qu’ils ne
cessaient d'exercer contre des hommes faibles et ti-
mides, et traversa de nouveau les mers, pour porter
ses plaintes et les cris de ces malheureux aux pieds
de Charles V. Touché de leur infortune , l’empereur
fit des ordonnances contre les persécuteurs ; mais
elles surent s-ms esset, et Las Casas fut lui-même en
butte à la haine dos gouverneurs espagnols , pour
avoir écrit un livre en saveur des peuples opprimés,
il avait été nommé évêque de Chiappa ; mais dés-
espérant de remédier aux maux dont il était témoin,
il abandonna l’Amérique , où il s’était signalé pendant
cinquante ans par son zèle et ses vertus épiscopales ,
et revint à Madrid. Il se démit de son évêché entre
les mains du pape, et mourut en i556, âgé de quatre-
vingt-douze ans. Ce prélat a laissé quelques écrits
concernant l’histoire, la religion et la politique, où
brillent également la vertu , l’humanité, l’esprit et
l’érudition.
loading ...