Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 37
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0061
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 07 )

L’auteur du tableau dont nous donnons ici l’es-
quisse a tiré son sujet de l’anecdote suivante :

«Les Indiens ayant appris que Las Casas, leur zélé
défenseur, était attaqué d’une maladie grave dont il
ne pouvait être guéri que par l’usage du lait de femme.,
un de leurs chefs lui amena la sienne pendant la nuit.
La guerre barbare qu’on leur faisait les mettait dans
l’impossibilité de parvenir jusqu’à lui pendant le jour.»

Ce joli tableau de chevalet est un de ceux qui
ont été vus avec le plus d’intérêt, non-seulement à
cause du sujet , dont le caractère est parfaitement
saisi, mais encore pour le goût de l’exécution. On y
trouve un dessin correct, de la simplicité, de la
fermeté dans le coloris et dans la touche, et sur-tout
une expression juste et bien sentie.

M. Hersent exposa au dernier Salon un tableau qui
représente Atala surprise par l’orage, et se réfugiant
dans les bras de Cliaclas. Nous en avons recueilli le
trait ( voyez Annales du Musée , tome XII, page ) •
M. Hersent est du nombre des jeunes artistes qui
donnent d’iieureuses espérances et méritent des en-
couragemens.
loading ...