Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 39
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0064
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 3g )

d’hui que des fragmens. C’est le premier monument
et en quelque sorte la base de cette immense légis-
lation romaine, qui est devenue celle de tant de
peuples conquis et civilisés par les Romains, et qui
règne encore aujourd’hui dans une si grande partie de
l’Europe.

Le sujet traité par M. Lemonnier présente la pre-
mière époque qui lie l’histoire grecque à l’histoire
romaine; en indiquant la source où les Romains pui-
sèrent leurs lois, il découvre en quelque sorte l’ori-
gine de presque tous les codes modernes qui ont plus
ou moins suivi le droit romain; et sous ce rapport, c’est
un des faits les plus importans que présente l’histoire
de la législation.

Ce tableau, dont la composition est noble et im-
posante, était, dans les premières semaines de l’expo-
sition , placé à une hauteur considérable : l’œil en em-
brassait l’ensemble sans en apercevoir les dé (ails.Depuis
qu’il a été descendu et placé dans la galerie, on a pu
en apprécier le travail, et saisir cette variété de ca-
ractères et d’expressions à laquelle l’artiste paraît
avoir apporté un soin particulier. Si ce tableau, l’un
des plus considérables que M. Lemonnier ait offerts à
l’examen du public (i), n’a pas une destination par-
ticulière , il pourrait être placé convenablement dans
quelque tribunal supérieur, soit à Paris, soit dans
une grande ville départementale. Ce genre de déco-
ration est le meilleur qu’on puisse adopter pour orner
le sanctuaire de la justice et des lois.

(i) II a seize pieds et demi de large, sur dix pieds et demi de
hauteur.
loading ...