Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 4i )

~—■—— ■ . ——-. ■

Planche trente-unième. — Une Nymphe au bain , en-
tourée d’amours ; Tableau , par M. Mallet.

Nous avons observé dans l’article précédent que
M. Marin , avant son voyage en Italie , eût été nommé
avec raison le Fragonard de la sculpture. A en juger
d’après le tableau de la Nymphe au bain, son auteur,
M. Mallet, semblerait marcher aussi sur les traces de
ce peintre ingénieux et facile que les arts ont perdu
il y a environ deux années (i). Mais s’il y a quelque
analogie entre ces deux talens , ils ont aussi leurs diffé-
rences :les compositions de Fragonard ont plus de feu,
celles de M. Mallet plus de naturel; le dessin de ce-
lui-ci est plus élégant, celui de Fragonard plus nourri:
le pinceau de ce dernier est plus moelleux, ses
effets sont plus larges , plus piquans. Le coloris de
M. Mallet manque un peu de chaleur , celui de Fra-
gonard est quelquefois outré.

En adoptant des tons plus chauds, des ombres plus
fermes , un parti d’effet plus vigoureux M. Mallet
doublera le mérite de ses productions. Il a eu l’art de
saisir , dans le genre gracieux, un certain but que pro-
bablement il se gardera de dépasser : au-delà est l’affé-
terie. Au surplus, il n’est aucun amateur qui ne désirât
posséder le joli tableau de la Nymphe au bain. Tous
les styles sont bons quand ils sont traités convenable-
ment : la peinture , sœur de la poésie, a comme elle ses
Anacréon, ses Tibulle , etc.

(i) On a inséré dans le volume précédent ( page 8 ) une notice
sur Fragonard et sur le caractère de ses ouvrages.

2.

G
loading ...