Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 63
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 65 )

Planche quarante-neuvième. -— Bataille de Friedland ;

Bataille d'iéna ; Médailles par M. Galle.

La première de ces deux médailles a été frappée en
mémoire de la bataille de Friedland, qui mit fin à la
campagne contre la Prusse. L’Empereur sous les traits
6e Mars, remet son épée dans le fourreau. A ses pieds
s°nt des victimes de la guerre.

La seconde médaille, frappée en mémoire de la ba-
taille d’iéna, qui ouvrit d’une manière si brillante la
campagne contre la Prusse, représente l’Empereur ,
sous les traits de Jupiter : il soudroie les géans du
nord , figurés par les Titans. Cette composition rap-
pelle celle que Jules-Romain a peinte à fresque au
palais du duc de Manloue.

Si depuis quelques années l’art numismatique a
beaucoup gagné sous le rapport du dessin , il s’est éga-
lement persectionné sous celui des procédés chimiques
et mécaniques. On connaît beaucoup mieux aujour-
d’hui l’art de tremper l’acier pour la fabrication des
coins , et jamais les balanciers n’ont frappé avec au-
tant de justesse.

Le grand nombre de médailles qui se multiplient
chaque jour, les progrès et l’émulation constante des
artistes qui se livrent à ce noble travail , les encou-
ragemens du souverain, tout nous fait espérer que l’art
peut s’élever un jour à un tel degré de perfection , que
nous n’ayons plus à regretter son ancienne splendeur.
loading ...