Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 66
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0111
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 6S )

Planche cinquante-deuxième. — Deux Médaillés par
M. Brenet.

La seconde médaille est restituée ( on appelle ainsi
les médailles qui ont été srappées long-temps après l’évé-
nement ). L’Empereur est dans un char de forme égyp-
tienne , traîné par deux chameaux enharnachés. Au-
dessus plane une Victoire. Le char est près de passer
entre un obélisque chargé de caractères hyéroglyplii-
ques, et la colonne dite de Pompée, laquelle est près
d’Alexandrie.

Le revers de cette médaille présente la tête de l’Em-
pereur , vue de face, et couronnée de fleurs de lotus.
Il a été exécuté par M. Jouauin.

La seconde médaille a été srappée en mémoire de
la confédération du Rhin. Tous les princes confédérés,
armés en chevaliers , et portant sur leurs écus les
armes de leurs maisons , prêtent, entre les mains du
prince-primat, serment sur un faisceau surmonté d’un
aigle. Les bords du Rhin ont été, comme on sait, le
pays où l’ancienne chevalerie s’est conservée le plus
long-temps. La plupart des princes confédérés appar-
tenaient encore à l’ordre teutonique , reste des insti-
tutions chevaleresques.
loading ...