Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 75
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0130
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 75 )

Planche soixante-unième. — Vue de la vallée de Ron-
cevaux ; par M. Duperreux.

Au milieu d’une vaste plaine bornée par les Pyrén-
nées espagnoles , s’élève le tombeau de Roland, à
l’endroit même où il périt à la bataille de ce nom ,
sous Charlemagne.

L’anecdote suivante a fourni le sujet dont le peintre
a orné son paysage. Du Guesclin , revenant de Pam-
pelune en France avec le vieux maréchal d’Andrehau,
le jeune le Bègue de Yislaine, et accompagné de Jean
Chandos et du captai de Bach, s’arrêta devant le tom-
beau de Roland , et y fit cette prière : « Sire Dieu ,
« ici gist sseurs de chevalerie, soubs cette pierre est
« clos heur et vaillance; faics à ton serviteur Guesclin
« servir son roi Charles comme cettui preux servist
« puissant empereur Charlemaigne, et comme cettui
« Roland, estre occis par beaux jours de batailles. »

Ce site, peint d’après nature, est de la plus exacte
vérité. L’artiste en a respecté la simplicité touchante
(prise lie si bien aux grands événemens dont ces lieux
furent témoins. D’après tous les historiens, la tradition
du pays, et l’examen delà position de cette petite vallée*
environnée de hautes montagnes couvertes de bois et
propres à des embuscades , il n’y a pas de doute que
ce ne soit effectivement là que se livra la bataille. Le
monument gothique élevé à cette même place, en est
un témoignage que les siècles ont respecté.
loading ...