Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 78
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0135
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 73 )

Planche soixante-quatrième. — Vue des glaciers de Ro-
senlavi; par M. Mongin.

Ce site sauvage est traversé parie chemin qui con-
duit de Mojringen à Grindelwald, en passant le Scliei-
deck.

Près de quelques chalets qu’bn trouve à l’extrémité
du plateau , nommé Zwirgi, et sur les bords du Rei-
chenbach, des voyageurs , surpris par dès ours, s’ap-
prêtent à les combattre.

Il n’y a point en Suisse de route plus pittoresque
que celle qui mène de la vallée de Ilasly aux glaciers
de Grindelwald. Lorsque l’on commence à monter vers
Schwendi, on a d’abord à sa droite le superbe ruis-
seau appelé le Reichenbach , qui , sortant des glaciers
de Rosenlavi, forme plusieurs cascades, tantôt om-
bragées par des tilleuls et de grands hêtres , tantôt se
brisant contre d’énormes rochers , ou se précipitant
dans des gouffres immenses. La partie inférieure delà
chute du Reichenbach est une des plus belles cascades
de la Suisse, et les montagnes escarpées qui l’envi-
ronnent sont couvertes de la plus riche végétation.

M. Mongin , qui a fait plusieurs fois ce voyage , a
enrichi son portefeuille d’une très-grande quantité de
dessins pris des chalets qu’il a habité. Celui-ci est un
des plus pittoresques. Ses paysages sont toujours bien
composés , et présentent un grand parti de masses , de
lignes et d’effets. Son pinceau est ferme, et ne laisse
à desirer qu’un peu plus de souplesse et d’harmoniet
loading ...