Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0146
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 83 )

Planche soixante-neuvième. — Paysage par M. Cas-
tellan.

Ce tableau présente un lieu sauvage , hérissé de
rochers , à travers lesquels s’élancent quelques arbres ;
l’un d’eux a été frappé de la soudre, les autres sont
encore le jouet des vents. Dans l’éloignement, et du
milieu d’une forêt, s’élève sur le sommet d’un mon-
ticule une chapelle surmontée d’une croix ; sur la srise-
est écrit le mot Spes.

Une jeune femme, appuyée sur le tronc de l’arbre
soudroyé, vient de jeter quelques sleurs sur une simple
pierre tumulaire entourée de gazons. Etrangère à tout
ce qui l’entoure , elle est absorbée dans une sombre
méditation. Peut - être cette pierre couvre-t-elle un
objet chéri , victime de quelque événement malheu-
reux dont ce lieu sut le théâtre.

Nous ignorons l’intention du peintre ; mais ce tom-
beau , cette chapelle consacrée à l’espérance , pour-
raient indiquer le secours qu’apporte la religion dans
les peines de la vie, en nous montrant l’espoir d’un
plus doux avenir.

Outre le talent de bien composer ses paysages ,
M. Cas tellan a celui de les orner toujours de quelque
scène intéressante. Nous avons pu en saire la remarque
toutes les fois que nous avons eù occasion de citer
quelqu’un de ses tableaux. Celui-ci a bien le caractère
du sujet qu’il y a introduit -, c’est un soin que négligent
quelquefois les artistes , en plaçant des personnages
austères dans des paysages d’un style élégant , mi-
sant une scène gracieuse à un site sauvage.
loading ...