Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 84
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0147
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 84 )

P lanche soixante-dixième. — Vue d'unesontaine turque ;
par M. Castellan.

Cette fontaine existe à Gallipoli, ville de la Turquie
d’Europe, située à l’extrémité du canal des Dardanelles,
en face de l’antique Lampsaque. Ce monument est
bâti par assises alternées de marbres de différentes
couleurs, et est couvert d’un toit revêtu en plomb et
très-saillant. Il est orné de compartimens arabesques
peints de couleurs très-vives ou dorés. Ces fontaines ,
dont on voit un grand nombre dans les villes et même
sur les chemins, sont autant de fondations; le senti-
ment qui les a fait ériger a porté le sondateur à planter
près de là des arbres qui offrent de l’ombrage et des
sruits , et sous lesquels on voit souvent son tombeau
et celui de ses descendans ; sa samille regarde cette
propriété comme un lieu sacré. On reconnaît dans ces
monumens une intention de bienveillance dont on
n’est pas étonné lorsqu’on parcourt ce pays , où des
mosquées , des hôtelleries , des hôpitaux , attestent en
tant de lieux la piété des musulmans.

Sous des cyprès , on voit le tombeau du pieux fon-
dateur de ce monument, et ceux de sa samille. Dans
l’éloignement est une des mosquées de la ville. Trois
jeunes semmes vont puiser de l’eau à la fontaine ; un
voyageur y abreuve ses chevaux. Deux musulmans se
reposent à l’ombre , sur le bords du chemin.

Ce joli paysage ,• de la même main que le précédent,
n’est pas moins agréable sous le rapport de la compo-
sition et du coloris.
loading ...