Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 86
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0151
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 86 )

Planche soixante-douzième et dernière. —Site sur les
bords de la Loire, par M. Roehn.

Ce petit paysage, d’une composition très - simple ,
riiais d’un coloris fin et léger, et d’un effet harmonieux ,
rappelle ceux de l’école hollandaise , dont l’artiste pa-
rait avoir fait une étude particulière.

M. Roehn a exposé au Salon des sujets capitaux que
l’immensité de leur composition nous a empêché d’in-
sérer dans ce volume. Les tableaux n’ont pas plus de
six ou huit pieds de dimension, mais les sigures sont
en si grand nombre, et en même temps d’une si pe-
ti te proportion relativement aux fonds , qui sont très-
spacieux, qu’on n’eût pu leur donner que quelques
lignes de hauteur dans le plus grand cadre adopté pour
nos planches. L’exiguité des sigures eût ôté tout l’in-
térêt du sujet. Quelques autres morceaux de l’exposi-
tion ont été omis pour une raison semblable.

Le premier des tableaux peints par M. Roehn re-
présente l’hôpital militaire de Marienbourg , après la
bataille de Friedland. Le réfectoire du château avait
été choisi pour cet objet. Sa composition offre plu-
sieurs scènes intéressantes et sort bien rendues. Le
second tableau a pour, sujet l’entrevue des deux Em-
pereurs sur le Niémen.

Restreints par le nombre des planches adoptées pour
ce recueil, que nous n’avons pas cru devoir porter au
delà de deux volumes, nous regrettons de ne pouvoir
donner plus d’extension à notre choix : le Salon cle 1808
nous eût encore sourni plusieurs productions dignes
d’être publiées. Nous aurons du moins l’avantage de
les citer dans le chapitre suivant, destiné à l’examen
des ouvrages dont nous ne publions pas la gravure.
loading ...