Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome second.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-2]

Seite: 89
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_2/0155
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
OBSERVATIONS

su?" quelques ouvrages dont la gravure n a
pu être insérée dans ce recueil.

Parmi les tableaux dont il sera question dans cet ar-
ticle , nous citerons en premier lieu les Sabines. Nous
espérions les faire dessiner et en placer ici l’esquisse.
L’auteur a refusé son agrément (i). Nous en avons
d’autant plus de regret que le tableau des Sabines est
réputé sou meilleur ouvrage. On ne lui oppose que la
Mort de Socrate, qui , moins considérable sous bien
des rapports, présente plus d’originalité dans la com-
position, plus d’accord dans l’ensemble, plus de nerf
dans le coloris (a).

Il paraît inutile de rappeler ici le trait historique ,
et d’analyser la disposition du tableau des Sabines (3).
Exposé pendant plusieurs années dans l’atelier du
peintre , où le public était admis moyennant une 1 2 3

(1) Les objets d’arts exposés au Salon ne peuvent y être dessi-
ne’s sans le consentement du proprietaire. Le tableau des Sabines
appartient à l’auteur.

(2) Nous avons donne' l’esquisse de ce tableau dans le troisième
volume des Annales du Musée, page 147. Il avait été exposé au
Salon de 1787.

(3) Les Sabins , dont les Romains avaient enlevé les silles ,
étant venus combattre leurs ravisseurs , les Sabines , devenues
épouses et mères , se précipitent entre les deux peuples armés , et
les réconcilient.

4-

13
loading ...