Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 20
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0028
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 20 )

un coloris-plus fin, plus léger, un effet plus vague
et plus mystérieux , enfin le charme idéal, l’accent
mythologique qui doit caractériser les tableaux de cç
genre.

Au reste les observations du public ne se sont fixées
que sur deux points peu importans : on a trouvé que
la figure de l’Amour , la moins heureuse du groupe,
avait un peu de raideur dans la pose et de rondeur dans
te dessin; que le nuage qui porte Céphale manquait de
légèreté, qu’il était trop également divisé en petites
masses , et qu’il régnait dans le tableau un ton vio-
lâtre, peu favorable à l’harmonie.
loading ...