Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 27
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 27 )

Planche douzième. — Marius à Carthage; Modèle de
Statue, par M. Cortot.

Après avoir échappé aux poursuites de Sylla, le
farouche Marius passe en Afrique, et rejoint son fils
aux environs du lieu où fut Carthage. Là il reçoit
quelque consolation à la vue des ruines d’une ville
autrefois si redoutée, qui avait éprouvé comme lui
les cruelles vicissitudes de la fortune. Tel est le
sujet qui fut donné, l’année dernière, pour programme
du grand prix de sculpture. Il fallait une figure de
ronde bosse de la proportion d’un mètre.

Un sujet nouveau pour une figure seule en sculp-
ture est assez difficile à trouver; mais dans un sem-
blable coucours , l’exécution fait presque tout; il suffit
de donner au jeune artiste un motif de composition
dans laquelle il puisse déployer la science anato-
mique et celle des formes.

C’est sur cette figure de Marius que M. Cortot,
élève de M. Bridan fils , remporta le prix l’année der-
nière. Marius, débarrassé de son manteau, tenant d’une
main son épée et de l’autre son casque, est assis sur
un monceau de ruines , et paraît réfléchir sur l’in-
constance de la prospérité.

La pose de cette figure est simple et naturelle,
mais elle a peu de grandiose, de style et d'élevatioa
de caractère. Les formes, quoiqu’un peu lourdes,
annoncent une étude solide, et le travail de ce modèle
est soigné.

1/
loading ...