Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 32
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 52 )

Il ne faut donc pas s’étonner que M. Berthort,
malgré les peines qu’il a prises pour donner à sa
composition un aspect animé, malgré la lumière
brillante mais factice qu’il y a répandue, malgré le
luxe des habits , l’éclat des broderies, la richesse des
ornemens, n’ait produit qu’un ouvrage un peu froid,
inférieur à son tableau à’Angélique et Médor, quoique
ce dernier lui ait coûté beaucoup moins de travail
et de soins.

De tous les tableaux d’apparat exposés au Salon
depuis plusieurs années , il n’y en a guère que deux
qui aient obtenu un succès non contesté : La Prise
de Vienne, par M. Girodet; Sa Majesté donnant ses
ordres aux Maréchaux de l’Empire, par M. Yernet.
loading ...