Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 33
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 35 )

Planche dix-septième. — L’Heureuse Mère ; Tableau de
MUe Mayer.

Une jeune femme assise dans un bosquet, tient sur
ses genoux son enfant endormi, et le contemple avec-
ravissement. Ce tableau, de la même main que celui
de la Mère insortunée, dont nous avons donné la gra-
vure planche huitième de ce volume , en est le pen-
dant, et c’est le plus agréable des deux. Les traits
de la jeune mère sont plus gracieux ; l’enfant est joli.
L’effet du tableau est suave et piquant tout à-la-fois.
La grande masse de demi-teinte qui enveloppe toute
la partie supérieure du groupe est légère, transpa-
rente , quoiqu’un peu rougeâtre, et ne dérobe rien à
la netteté des détails. Ce n’est ni par un grand carac-
tère ni par une extrême correction que le tableau
séduit; on y trouve un certain charme qui plaît, quoi-
qu’il ne soit pas toujours puisé dans la nature. Voici
l’éloge: pour la critique , elle n’aura aucune part à cet
article. Nous aurions mauvaise grâce à nous répéter.

S

Salon de i8ïo.
loading ...