Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 39
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0060
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( % )

Planche vingt-troisième. — Evanouissement d'Alexandre;

Tableau de M. de l’Ecluse.

Alexandre, à la prise d’une ville, reçut dans le ssanc
un trait barbelé. Le médecin Critobule se mit en de-
voir de lui saire l’extraction du fer. L’opération était
dangereuse- il fallut élargir la plaie : Alexandre sup-
porta courageusement la douleur; mais le sang ayant
coulé en abondance de sa blessure, il s’évanouit. L’ins-
tant représenté est celui où ses amis et ses capitaines
croient le voir sur le p'oint d’expirer.

M. de l’Ecluse avait fait son coup d’essai au sa-
lon de 1808. Ce premier succès fut d’un heureux au-
gure. Son dernier ouvrage annonce un progrès sensible.
Le dessin en est plus soigné, la composition a plus
d’ensemble , le coloris est plus vrai, plus harmo-
nieux. Ce sujet, qui n’avait peut-être encore exercé
les pinceaux d’aucun artiste en France, offre de l’in-
térêt, et sera peut-être goûté par quelqu’un des
maîtres de notre école, qui le rendra avec toute l’é-
nergie et toute la richesse dont il est susceptible. On
désirerait, dans le tableau de M. de l’Ecluse, des con-
tours plus soutenus, une expression plus forte, un
coloris plus chaud et plus varié. Un peu de mollesse
et de langueur resroidit cette composition. La masse
en est trop resserrée et isolée au milieu du cadre;
elle ne se rattache à aucun objet accessoire qui agran-
disse et prolonge la scène hors du tableau. Le fonds
est nu, et 11’indique pas assez le lieu de l’action.
loading ...