Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0083
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 55 )

Planche trente-troisième. — L’Amour mettant une corde
à son arc ; Statue de M. Lemire père.

Cette jolie figure, d’environ quatre pieds et demi
de proportion , et dont l’auteur n’a encore exécuté
que le modèle en plâtre, rappelle les formes naïves
de l’Adolescence. La pose en est nouvelle, vraie et
gracieuse. Le mérite bien réel de cette statue, dont
le style n’est pas un stjle de convention , a pu échap-
per à beaucoup de personnes qui ne sont pas con-
vaincues que la sculpture des anciens n’est que l’i-
mitation épurée des formes que présente la nature
dans sa noble simplicité. C’est cette simplicité, trop
rare dans les productions modernes, qui place la
statue de M. Lemire hors de la ligne commune. On
peut dire encore, à l’éloge de cet estimable artiste,
que son modèle n’est pas fatigué par ce fini ou plutôt
par ce poli excessif, qui énerve le caractère de tant
d’ouvrages de ce genre ; dangereux sacrifice que
quelques artistes font, même contre leur gré, au
désir d’attirer les suffrages de la multitude.
loading ...