Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 54
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0084
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 54 )

Planche trente-quatrième. — Dibutade venant visiter le

portrait de son amant ; Tableau de Mme Chaudet.

Douée d’un talent aimable et gracieux, madame
Chaudet fait encore preuve de modestie et de pru-
dence en ne choisissant que des sujets plus suscep-
tibles d’agrément que d’énergie. Ses succès, moins
brillans peut-être, n’en sont que plus certains et plus
doux pour elle; si l’éloge ne va pas jusqu’à l’en-
thousiasme , du moins la critique est sans amertume.
Cette gloire, dont madame Chaudet paraît se con-
tenter, ne suffirait pas sans doute à quelques autres
dames artistes qui ne craignent pas de rivaliser avec
les talens les plus robustes. Mais leur ambition pourrait-
elle être blâmée? Un demi-succès dans une carrière
si difficile est toujours glorieux , une chute peut
encore être honorable.

Dibutade, après avoir tracé sur la pierre les con-
tours de l’ombre de son amant, vient visiter son ou-
vrage; assise sur un banc où elle a posé une corbeille
de fleurs, elle tourne tendrement ses regards vers ce
premier essai de l’art, qui lui rappelle des traits
chéris.

La figure de Dibutade est ajustée avec goût. Le
sond du tableau représente un paysage riant mais
solitaire. L’aspect du tableau est frais et luminenx.
Les carnations laissent à desirer une teinte plus
chaude et plus vigoureuse, que le temps pourra seul
y ajouter.
loading ...