Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0096
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 6i )

Planche quarante-unième. -— La Sagesse-préservant
l’Adolescence des traits de l’Amour; Tableau de
M. Meynier.

Ce sujet allégorique, l’un des plus agréables de l’ex-
position actuelle, est de l’auteur du tableau des Adieux
de Télémaque et d'Eucharis, qu’on vit au Salon il J a
quelques années, et qui vient d’être honorablement
cité dans le rapport sur les prix décennaux. Le tableau
de' la Sagesse préservant VAdolescence des traits de
l’Amour, quoique composé dans un style bien différent,
offre le même goût dans l’ordonnance, la même grâce
dans l’exécution, un dessin non moins correct, et le
coloris frais et riant qui convient à un sujet idéal.

Cette allégorie s’explique aisément et au premier
coup-d’œil, et ce n’est pas un médiocre avantage
dans un genre où il est si difficile de réunir la clarté
et l’intérêt} dans un genre dont l’emploi savorable
aux productions d’un art qui parle à l’imagination
seule, tel que la poésie, se prête avec moins de succès
aux arts d’imitation, tels que la peinture et la sculp-
ture , sur-tout lorsque le sujet est compliqué , ou né-
cessite le concours d’un grand nombre de person-
nages.

On voit, dans le tableau de M. Meynier, la Sa-
gesse personnifiée sous les traits de Minerve. La
déesse couvre de son égide un jeune homme qui
représente l’Adolescence. Il est en butte aux ssèches
que lui lance une foule d’Amours qui voltigent autour
de lui. Leurs traits repoussés par l’impénétrable bou-
loading ...