Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 62
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0097
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ^2 )

clier de la déesse, s’émoussent et tombent à ses pieds.
On voit sur le devant du untableauj e jeune femme
endormie, sans parure et sans voile. C’est la Volupté.
L’Adolescent jette sur elle un rega-rd où se peint le
î'egret qu’il a de s’en éloigner. Il paraît faire un effort
sur lui-même pour résister au penchant qui l’en-
traîne. Un petit amour s’approche, le prend par la
main pour l’attirer vers lui ; mais le jeune homme
résiste aux séductions , et suit la déesse, dont la sé-
rénité contraste avec le trouble dont il est agité.

Ce tableau est le pendant de celui de L'Aurore et
Céphale, par M. Guérin, dont nous avons déjà donné
le trait dans ce volume. Tous deux ont été exécutés
pour M. de Sommariva, amateur distingué, qui, par
d’utiles encouragemens et par un noble emploi de
sa fortune, se plaît à exciter parmi les peintres de
notre école une heureuse et louable émulation.
loading ...