Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 69
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche quarante-septième. — Eponine et Sabinus ;
tableau de M. Garnier.

Julius Sabinus, jeune, et d’une famille puissante
dans les Gaules , avait pris le titre de César au com-
mencement du règne de Vespasien. Ayant offert la
bataille à l’empereur, il fut vaincu et mis en déroute.
Pour se dérober à la poursuite du vainqueur, il se
résugia dans une de ses maisons de campagne, con-
gédia tous ses domestiques , à l’exception de deux af-
franchis en qui il avait confiance, mit le feu à la mai-
son , et fit croire qu’il avait péri dans les flammes;
mais il s’était retiré dans un souterrain , et il fit savoir
à sa femme Eponine le lieu de sa retraite. Cette tendre
^épouse vint le consoler dans cette espèce de tombeau ,
et y mit au monde deux fils jumeaux. Après avoir resté
ainsi cachés pendant neuf ans, les fréquentes visites de
la femme découvrirent la retraite du mari ; il fut saisi
et conduit à Rome , chargé de chaînes , avec Eponine
et ses deux enfans. En vain cette insortunée sollicita
la compassion de Vespasien, en se jetant à ses pieds,
et lui présentant ses deux fils, nés dans le sou terrain, il
la fit mourir avec Sabinus.

L’amour héroïque et les malheurs de ces deux
époux avaient déjà fourni à divers poètes un beau sujet
de tragédie. L’auteur du tableau dont nous donnons
ici la gravure a jugé avec raison qu’il n’était pas
moins favorable à la peinture.

Il a choisi le moment où les soldats de Vespasien
pénètrent dans le souterrain ; l’un d’eux enlève un des
ensans, dont les cris saisissent de terreur Eponine et
Sabinus.
loading ...