Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 70
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0111
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 7° )

Planche quarante-huitième. — Dévouement d'un Scythe ;
tableau par M. Ducq.

L’auteur de ce tableau a tiré son sujet d’un des dia-
logues de Lucien. Un Grec et un Scythe , discutent
sur l’amitié, et chacun d’eux rapporte des exemples
à l’avantage de son pays.

« Bétite ( c’est le Scythe qui parle ) voyant Basthé,
son ami, terrassé par un lion, saute à bas de son che-
val, et frappe la bête par derrière pour l’obliger à tour-
ner sur lui • voyant qu’elle ne voulait point lâcher prise,
il lui met la main dans la gueule pour lui arracher
même d’entre les dents son ami. Le lion, irrité, se jette
sur lui après avoir assouvi sa rage sur l’autre ; mais
Bétite en mourant lui plonge son épée à travers le corps,
et venge d’un même coup la mort de son ami et la sienne.
Pour éterniser cette action , on a enfermé, par édit pu-
blic, ces deux amis dans le même tombeau, et mis le
lion auprès, dans un tombeau séparé. »

Un semblable sujet offrait de grandes difficultés, et
l’artiste a pu prendre quelques licences pour diminuer
un peu de l’horreur qu’eût inspiré une représentation
trop fidèle. Basthé n’est pas entre les dents du lion, et
Bétite, dont la main est garantie par la dépouille d’un
tigre qui lui sert de manteau , ne paraît vouloir péné-
trer dans la gueule de l’animal que pour l’empêcher de
dévorer son ami. Ces deux sigures ont beaucoup de
mouvement et d’expression ; l’effet du tableau est
chaud et vigoureux.

Ce morceau , exécuté de grandeur naturelle , appar-
tient à S. À. I. le prince Eugène, vice-roi d’Italie.
loading ...