Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0117
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 75 )

Planche cinquante-uni ème.— L’Arrivée de S. M. l’Impé-
ratrice dans la galerie du château de Compiègne ;

Tableau de Mme Auzou.

Au moment où LL. MM. arrivent dans la galerie
de Compiègne , de jeunes filles vont au-devant de
l'Impératrice, et lui offrent des couronnes de fleurs
et des guirlandes. Ce tableau, dont les personnages
sont de proportion demi-nature , est un des plus
agréables de l’exposition. Il se distingue non-seule-
ment par la disposition pittoresque de ce groupe nom-
breux et animé, mais encore par la naïveté et la grâce
des attitudes, par la variété et la gentillesse des phy-
sionomies. Quoique toutes ces jeunes personnes soient
vêtues de blanc, l’effet de la. composition n’est pas
monotone ; il est même assez piquant, et l’œil s’y
repose avec plaisir.

Si l’on peut desirer dans le tableau de madame Au-
zou une touche un peu plus vive, un peu plus légère,
du moins on y trouve accord, unité d’exécution -, tout
y paraît incontestablement de la même main, et nous
ne pensons pas que l’œil le plus exercé puisse y décou-
vrir quelque trace d’un pinceau auxiliaire. Madame
Auzou ne recevra donc point le reproche qu’on a
fait à quelques dames artistes , accusées ( peut-être
injustement ) de ne pas se donner la peine de faire
elles-mêmes en entier les ouvrages exposés sous leux-
nom ; de confier à des mains étrangères les parties les
plus dissiciles de l’art, et d’offrir à la critique un com-
posé de diverses manières souvent incohérentes, dont
l’empreinte originelle ne peut échapper aux yeux des
connaisseurs.

Salon de i8so, ïq
loading ...