Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 85
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0138
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 85 )

Flanche soixante-imième. — Thisbé recevant le rendez-
vous ; Tableau de M. Ducis.

Pyrame et Thisbé étaient vivement épris l’un de
l’autre, mais leurs familles , entre lesquelles il exis-
tait une ancienne haine , leur avaient défendu de se
voir.

Leurs maisons se touchaient , une simple fissure
Avait du mur commun crevasse la clôture.

Dans ce mur , autrefois bâti par leur aïeux ,

Un jour imperceptible e'chappe à tous les yeux,

Sans que nul ne le vît des siècles s’écoulèrent.

L’œil de l’amour voit tout; nos amans l’observèrent.

Et surent y trouver un passage à la voix.

Là , de leurs surveillans trompant les dures lois,

Dans un doux entretien, leurs lèvres eropresse'es ,

L’un à l’autre en secret murmuraient leurs pense'es :

Là , Thisbé de Pyrame e'coute les désirs ;

Là , Pyrame à son tour recueille ses soupirs, etc.

M. Ducis avait exposé au dernier Salon deux jolis
tableaux que rappelle celui-ci pour le goût de la com-
position et le coloris. Leur proportion est demi-nature.

M. Ducis s’occupe de donner un pendant au tableau
de Thisbé; il doit représenter Pyrame seul , de l’autre
côté du mur, s’entretenant avec Thisbé.
loading ...