Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 86
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0139
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( S6)

Planche, soixante-deuxième. — Gabriel de Vergi• Ta~
bleau de M, Vermay.

Eudes de Coucy, seigneur du Vermandois , avait
épousé Gabrielle de Vergy, distinguée par ses grâces
et sa beauté. Cette dame , née avec un cœur tendre ,
ne put résister à ia figure séduisante de Raoul de Coucy.
Le mari, poussé par la jalousie , épie les deux amans ,
et surprend Raoul aux pieds de la malheureuse Ga-
brielle. Fayel s’est introduit par une porte dérobée ,
et force au silence une femme que la srayeur sait éva-
nouir. Déjà l’écuyer de Raoul est assassiné dans le fond
d’une galerie , par l’ordre de Fayel.

Le mouvement de cette scène est entièrement de
l’invention du peintre. Le costume y est bien observé,
et l’ensemble du tableau a le caractère du temps, La
figure de Gabrielle pourrait être plus belle et plus gra-
cieuse , la physionomie de Raoul plus animée et plus
expressive. Ce tableau est généralement bien composé
et soigné ; on y voudrait un pinceau plus souple et un
coloris moins égal.
loading ...