Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 87
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0142
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( »7 )

Planche soixante-troisième. — Cyparisse pleurant son
jeune cers, qu’il a tué par mégarde ; Statue en marbre,
par M. Chaudet.

Ce précieux et dernier ouvrage d’un artiste célèbre,
qu’une mort prématurée vient d’enlever à la scul-
pture , est un de ceux qui sont le plus d’honneur à
l'école française. L’auteur en exposa, il y a environ dix
ans, le modèle en plâtre , et depuis cette époque, au
milieu des grands travaux dont il était chargé , il s’oc-
cupait souvent, et autant que sa faible santé pouvait
le permettre, à terminer le marbre de cette charmante
statue. Les soins qu’il y a mis ont été couronnés du
plus heureux succès. M. Chaudet n’eût-il produit que
cette seule figure , aurait sait assez pour sa réputation.

La belle statue de l’Empereur , placée dans la salle
des séances du corps législatif, et dont nous avons
donné la gravure dans le recueil du Salon de 1808
est digne aussi d’être placée au premier rang de la
sculpture moderne ; et si le public, qui toutesois n’a
pu se méprendre sur le mérite de ce bel ouvrage ,
lorsqu’il parut, ne sembla pas lui accorder toute l’es-
time qui lui est due , c’est qu’alors peut-être on avait
peu d’objets de comparaison dans ce genre.
loading ...