Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 90
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0147
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 9° )

Planche soixante-sixième. La Victoire donnant la cou-
ronne ; Statue , par M. Cliinard , de Lyon.

Les ailes étendues, debout et posant le pied sur un
globe, la Victoire tient d’une main la palme destinée
au vainqueur, et de l’autre une couronne qu’elle
s’apprête à poser sur sa tête.

On n’a vu au Salon que le petit modèle en plâtre
de cette statue, qui doit être exécutée en marbre et
dans la proportion de neuf pieds. Elle sera érigée sur
la place Saint-Louis , à Marseille. Le piédestal repré-
sente un globe flanqué des deux aigles impériales de
France et d’Autriche , emblème de l’union des deux
puissances.

Ce monument est le second que le même arïiste
exécute pour la même ville. Il y plaça l’année der-
nière , sur la place Saint-Féréol, une figure de la Paix
greffant un olivier sur un vieux tronc de laurier. La
statue a dix pieds de proportion. Le modèle avait été
précédemment exposé au Salon.

Il y aurait de la précipitation à juger sur un petit
modèle un monument de cette importance. C’est sur
l’exécution et en place qu’on peut en apprécier le mérite.
Nul doute que M. Cliinard, connu par des ouvrages
estimés, n’obtienne sur celui-ci les mêmes succès.
loading ...