Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 92
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0151
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 92 >

slanche soixante-huitième. — Bas-relies de la Fontaine
delà rue deVaugirard; par M. Yalois.

Ce bas-relief , dont l’auteur paraît avoir cherché le
style de l’école florentine, ou plutôt du célèbre Jean
Goujon, le premier des sculpteurs français , vient
d’être exécuté en pierre, et de grandeur naturelle,
pour la décoration d’une fontaine publique nouvelle-
ment érigée à l’encoignure de la rue de Yaugirard et
de celle du Regard, faubourg Saint-Germain. Iï
représente Léda, assise sur les bords de l’Eurotas , et
recevant les caresses du maître des dieux , métamor-
phosé en cygne. Près de cette princesse, on voit l’A-
mour , tirant de son carquois le trait qu’il lui destine.

La figure de Léda offre au premier aspect un cer-
tain grandiose de caractère et de'formes, un mouve-
ment de draperies , un agencement, une légèreté de
plis, qui sont remarquer ce bas-relies.

Le travail en est agréable et soigné. Néanmoins on
désirerait un peu plus de correction dans les grandes
parties , et de recherche dans les détails.

C’est du bec du cygne que sort l’eau qui tombe dans
le bassin, et pour cet efset il a fallu que sa tête se
détachât en renef du fond de la composition, qui n’a
qu’une légère saillie. Cette licence, ou plutôt cette
discordance , n’a pas un résultat heureux. Aucun
exemple ne l’autorise , un goût sévère la réprouve.
Mais peut-être le Sculpteur a-t-il été gêné par l’aiv
chitecte, qui aura conçu de cette manière le motif de
sa fontaine.
loading ...