Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 98
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0162
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 9®)

étude constante des beaux ouvrages de Paibens et de3
peintres de son école.

On trouve en général dans les portraits de M. Le-
fevre, une grande vérité de ressemblance, une touche
large, une couleur solide, et cette vigueur de relief
que n’offrent pas toujours certains ouvrages d’une
exécution plus soignée.

Parmi les autres portraits peints à l’huile , soit en
pied soit en buste, qui abondent cette année au Sa-
lon , on a pu remarquer encore ceux de MM. Barbier—
Walbonne, Bertlion, Bouchet, Riesner- de mesdames
Auzou , Benoit, Capet , Charpentier, Chaudet, de
Romance, Godesroy, Lorimier , etc., etc.

Le public s’attendait à voir cette année quelque
grande composition d’un peintre qui , à l’exposition
dernière, concilia tous les sufsrages par des ouvrages
d’un mérite éminent, le Crime poursuivi par la Ven-
geance divine ; Psyché portée par les Zéphyrs. M. Pru-
d’hon a trompé l’espérance des amateurs; une tête
de vierge d’un caractère et d’un coloris gracieux , un
beau portrait d’homme, d’une touche large et moèl-
leuse , sont les seuls ouvrages qu’il ait annoncés au
livret du Salon.

Parmi les chefs proprement dits de l’école actuelle ,
M. David, est le seul qui ait sait jouir le public du
fruit de ses travaux. M. Vincent avait exécuté un ta-
bleau de bataille pour S. A. S. le prince de Neuchâtel.
On ne l’a point exposé parmi ceux que ce prince a
commandés à quelques autres artistes (i), et qui sor-

(1) Divers sujets de bataille , par MM. Gros? Meynieiq Roehn s
Taunuy, Thevenin et Veract.
loading ...