Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 103
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0167
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( iôS )

Quelques dessins de madame Giacomelli, dans îe
genre historique, et légèrement touchés, annoncent
une grande facilité. On ne les eût point attribués
à une jeune dame que l’exercice d’autres talens qu’elle
cultive avec distinction distrait nécessairement de
l’étude du dessin.

Nous avons observé déjà qu’on n’avait point en-
core vu au Salon un aussi grand nombre d’ouv'ages
du moyen style, c’est-à-dire de paysages, de scènes
samilières et autres genres. Une grande partie des
artistes aurait droit ici à un article spécial, que les
bornes de ce volume nous empêchent d’admettre^
Nous citerons du moins les principaux , et dans ce
nombre , si toutesois il s’en trouvait quelqu’un d’ou-
blié , ce serait de notre part une omission involon-
taire.

M. Bertin a exposé plusieurs vues pittoresques ,
prises dans le royaume de Naples, dans la Toscane et
dans les Alpes. Cet artiste joint à la suavité du coloris
et à la finesse de la touche, l’élégance des formes et
un choix de fabriques du meilleur goût. Il ne laisse
à desirer qu’un peu plus de variété dans ses compo-
sitions , et plus de relief dans le feuille de ses arbres
sur les premiers plans.

Six tableaux de M. Bidauld, dont les sites sont pris
en Italie et aux environs de Grenoble, se font re-
marquer par la vigueur du ton , la solidité des masses ,
et le moelleux du pinceau. M. Bidauld ne perdant
jamais de vue l’étude de la nature, chacun de ses
tableaux a un caractère original, une physionomie
particulière.

M. Bidauld, de Lyon, son frère, a exposé deux ta-
loading ...