Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0170
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C >oS ;

cütîon si frais, si gracieux, et qu’aucun artiste,avant
M. Redouté , n’avait porté à un si haut degré de
perfection. Nous ne pensons pas que l’art puisse osfrir
jamais rien de plus délicat, de plus vrai et de plus
séduisant.

Les camées de M. Parant , peints à l’imitation des
agates et des sardoines , sont toujours un objet d’é-*
tonnement. Mais l’illusion que produisent ces ouvrages
recherchés des amateurs n’en sait pas le seul mérite :
elle est soutenue par un excellent goût de composition
et de dessin.

La miniature s’enrichit chaque année de quelque
nouveau talent. Les anciens néanmoins conservent en-
core leur supériorité, tant il faut d’étude et de per-
sévérance pour atteindre cette parfaite exécution qui
distingue éminemment nos premiers peintres dans
ce genre. M. Isabey , qui joint avec un avantage qui
lui est particulier, la grâce de la composition , le bon
goût des accessoires, au charme d’un pinceau brillant
et facile , a offert cette année les portraits en pied
de LL. MM. II. et RR. Ces tableaux ont constamment
attiré la foule au Salon durant le peu de jours qu’ils
y ont été exposés.

M. Augustin a trouvé le moyen de saire passer dans
la peinture en émail la vigueur de ses teintes et le sini
de sa touche. On s’attendait à voir au Salon quelqu’un
de ses ouvrages dans ce genre. Il n’a exposé que deux
miniatures, mais elles sont de grande proportion , et
ont réuni tous les suffrages. Le premier de ces por-
traits est celui de M. Denon, directeur - général du
Musée-Napoléon • l’autre est celui de M. Naderman.

Deux belles miniatures de M. Saint, traitées avec
loading ...