Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 9
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche première. — Sophocle plaidant sa cause devant
l’Aréopage; Tableau de M. Sérangeli.

Sophocle , poète célèbre, né à Athènes l’an 495 avant
J. C., se distingua de bonne heure par ses talens,etporta
la tragédie au plus haut degré de perfection; mais
l’amour des lettres n’absorba point toute son activité.
Il fut élevé à la dignité d’archonte, et eut Périclès pour
collègue dans la magistrature. Il commanda en cette
qualité l’armée de la république. Il sut intrépide
guerrier, mais plus soldat que capitaine. On vit en
lui le brave qui sait asfronter la mort, et non l’homme
capable d’y conduire habilement les autres. Comme
poète, il a laissé la plus brillante réputation; comme
général, il paraît avoir mérité des reproches légitimes.

Sophocle eut des enfans dont l’ingratitude causa
l’indignation générale. Impatiens de recueillir sa suc-
cession , ils l’accusèrent d’être tombé en ensance , et
le désérèrent aux magistrats comme incapable de régir
ses biens. Sophocle n’opposa qu’un seul moyen de
désense à ces fils dénaturés : il lut devant l’Aréopage
sa tragédie à’Œdipe, qu’il venait d’achever. Ses accu-
sateurs surent confondus.

C’est ce trait, l’un des plus glorieux de la vie du
poète grec, que M. Sérangeli a choisi pour sujet de
son tableau, grande composition dont les figures sont
d’une proportion imposante. Le motis s’explique avec
clarté, l’ordonnance générale est bien entendue; le
style et le caractère des sigures se ressentent de l’étude
des grands maîtres. Le public n’a paru désirer dans
ce morceau, le plus capital de ceux qu’a produit l’ar-

Salon de 1814.

a
loading ...